L'abeille noire et moi.

Apicultrice depuis 21 ans j'ai au fil des années compris qu'il était très important de préserver l'abeille en général mais plus particulièrement Apis Mellifera Mellifera, notre abeille noire locale.
Celle-ci a su traverser les millénaires et s'adapter à son biotope.
Elle n'a pas eu besoin de l'homme pour évoluer et s'adapter à toutes les situations que la nature lui a imposé.
L'apiculteur a appris au fil des siècles à l'apprivoiser à l'élever de sorte à pouvoir en tirer profit.
Puis il a trouvé que l'herbe était plus verte ailleurs et a commencé à importer massivement des espèces d'autres pays pour des qualités de douceurs de productions plus importantes, certains chercheurs on décidé de faire des centaines de croisements toujours à la recherche de l'abeille parfaite.
Je pense que ce fut la une énorme erreur que de sélectionner des abeilles qui ne se défendent plus laissant l'être humain pénétrer dans leur univers sans la moindre réaction et par la même occasion de se laisser largement envahir par des espèces comme varroas destructor lui même importé.
C'est la raison pour laquelle j'estime qu'il est important pour nous tous de préserver l'écotype local qu'est l'abeille noire.
Cette abeille a été utilisée jusqu'à ce qu'elle soit délaissée pour des besoins de rendement.
Et pourtant l'abeille noire a d'énormes capacités en apiculture : adaptation depuis des millénaires, ardeur au travail même en saison fraîche ou par temps pluvieux, rusticité.
Tant de qualités qu'ils faut préserver et apporter un peu de son temps pour la sélectionner, garder les meilleurs souches, celle qui tiennent le cadre, qui font du miel ainsi qu'une agressivité modérée.
Je travaille sur différents lieu de production et possède un rucher de fécondation saturé en mâles noirs de ma sélection afin d'assurer au mieux la pérennité de la race et les qualités de mes lignés.
Mon activité principale se résume donc à l'élevage de reines et la production d'essaims.